Speech
Transcript
Context
About

[EN]
In the 60s, dozens and dozens of gangs were created in New York, creating an endless territory war. Each gang occupied a district they tried to protect, without being able to go in their rivals's territory. They were very young adults or even teens trying to get some entertainment in districts without any infrastructures. No water, no electricity, no police even to garantee the safety of citizens. In such a situation, their occupations were nearly always illegal, often criminal. According to a number of former members of gangs, the police and emergency services only came in the district when someone was badly injured or even killed after a gang confrontation.

[FR]
Dans les années 60, le développement de gangs à New York a donné naissance à une guerre de territoire sans fin. Chaque gang occupait et protégeait son territoire, sans pouvoir s'aventurer dans ceux des gangs rivaux. Les membres, souvent très jeunes adutes voire adolescents, tentaient d'occuper leurs journées dans des quartiers n'occupant aucune infrastructure. Pas d'eau, pas d'électricité, mais pas non plus de police pour veiller sur la sécurité des citoyens. Les loisirs des gangs consistaient souvent d'activités illégales ou même de criminalité. Selon certains membres de gangs de l'époque, le rôle des policiers et ambulanciers se limitait à venir constater les dégats en récupérant des blessés graves ou des morts à la suite d'une confrontation entre gangs.

[EN]
That is the situation the Ghetto Brothers lived in. At first a group of brothers and close friends, the gang expanded and many members joined them. In the violent context of the South Bronx of the 60s, the Ghetto Brothers also had to play the same game as the others. Although that's not really what they wanted to do at first. The founders had created a band, and if some actually like to be violent and to have rivals, not everyone did. Actually some members of other gangs felt the same way, but the Ghetto Brothers were the first to take actions against the whole situation.

[FR]
C'est dans ce contexte qu'évolue le gang des Ghetto Brothers. D'abord une bande de frères et d'amis proches, le gang s'est par la suite étendu et a commencé à compter de plus en plus de membres. Dans un contexte aussi violent que celui du South Bronx à l'époque, le gang s'est aussi prêté au "jeu" de la guerre de territoire. Pourtant, ce n'est pas ce qui les animait a priori. Les membres fondateurs avaient formé un groupe de musique, et si certains appréciaient le fait de véhiculer une certaine animosité, ce n'était pas le cas de tous. Ce schéma se retrouvait d'ailleurs dans plusieurs gangs new yorkais, mais les Ghetto Brothers furent les premiers à tenter de changer les choses.

[EN]
The basic hierarchy of gang is constituted as follow: the president is the most respected person of the gang (often violent to inspire respect to others). The vice president was often less impulsive to be able to moderate the president's decision (so he was kind of the head of the gang, even though everything had to go through the president). Lastly, the warlord was the only one who had the right to declare war against a rival gang. Yellow Benjy (Benjamin Melendez, vice president of the Ghetto Brothers) convinced the Ghetto Brothers to get rid off the warlord status and create a new one instead: the peacekeeper. Black Benjy (Benjamin Cornell) got this new position as he was very respected not because of his violence but because he was one of the nicest person everyone knew (according to sayings, he as even appreciated by rival gangs members).

[FR]
La hiérarchie de base d'un gang se constitue ainsi : le président est la personne la plus respectée de tous (donc faisant souvent preuve de violence pour inspirer le respect). Le vice-président, souvent moins sanguin, a pour rôle de tempérer les décisions du président (ce faisant c'est souvent la personne qui prend les décisions, bien qu'elles doivent être validées par le président). Enfin, le Warlord (Seigneur de guerre) était le seul à avoir le droit de déclarer la guerre à un autre gang. Sous les conseils de Yellow Benjy (Benjamin Melendez, vice président du gang à l'époque), les Ghetto Brothers ont décidé dans la fin des années 70 de supprimer le rôle du Warlord, pour le remplacer par celui d'un Peacekeeper (Gardien de la paix). C'est Black Benjy (Benjamin Cornell), un jeune respecté par tous non en vertu de sa violence mais plutôt de sa gentillesse à l'égard de tous (selon les dires, il était même apprécié par certains membres de gangs adverses).

[EN]
Benjamin Cornell died on the 3rd of December 1971. He tried to stop a gang confrontation but was stabbed in the process. If Karate Charlie (Carlos Suarez, President of the Ghetto Brothers) threatened to gather gangs to wipe out the gang members that killed Benjamin Cornell in "the biggest blood bath New York has ever known", neither Benjamin Melendez nor Benjamin Cornell's mother agreed with that. They convinced Carlos Suarez that a violent reaction would only be the opposite answer Benjy would have wanted, since he fought for the exact opposite: peace among and between gangs.

[FR]
Benjamin Cornell est décédé le 3 décembre 1971 en tentant de remplir sa mission. Il s'est interposé dans une rixe entre gangs pour calmer la situation, mais fut celui qui reçut un coup de couteau. Si Karate Charlie (Carlos Suarez, le président) menaçait de provoquer "le plus grand bain de sang que New York ait connu" en alliant plusieurs gangs pour décimer ceux qui avaient tué Benjamin Cornell, ni Benjamin Melendez ni la mère de Cornell n'était de cet avis. Ils ont convaincu Carlos Suarez que répondre par la violence ne serait que venir à l'encontre des principes pour lesquels Benjy s'était battu : créer la paix entre les gangs.

[EN]
A meeting between several gang members and leaders took place on 8th of December, 1971 at the Boys & Girls Club on Hoe Avenue. That's when Benjamin Melendez gave his speech encouraging gangs to make a truce (see the transcript). The death of Benjamin Cornell had been going around in the city during the last couple of days (mainly because the news services relayed the blood bath threat -- many even believed that they took advantage of the violent situation to make headlines) and around thirty gangs accepted the truce proposal. Some even agreed to follow Benjamin Melendez's precepts, that being trying to help their fellow citizens to live a better life in the neighborhoods, often minorities persecuted by the system (financial institutions and real estate mainly).

[FR]
Le 8 décembre 1971 a eu lieu une réunion au Boys & Girls Club de Hoe Avenue entre différents membres et leaders de gangs. C'est durant celle-ci que Benjamin Melendez a prononcé son discours en faveur d'une paix entre les gangs (voir la transcription du discours). La mort et la cause de la mort de Benjamin Cornell s'étant répandue à travers la ville dans ce laps de temps (les journaux relayaient l'information, notamment à cause de la menace du bain de sang -- certains eur ont même reproché de profiter de la vague de violence pour essayer de faire les gros titres), une trentaine de gangs a décidé d'accepter la trêve proposée. Certains se sont même engagés à suivre les principes énoncés par Benjamin Melendez, à savoir essayer de rendre la vie meilleure à tous les quartiers, souvent des minorités dont le système (bancaire et immobilier principalement) profitait déjà bien assez.

[EN]
The situation rapidly changed as mutual aid grew among the neighborhoods and gang territories began to fall apart. Some gangs decided to throw parties in their blocks, inviting the former rival gangs to come and have fun with them. This is the birth of block parties which played a huge part in the development of hip-hop, gathering DJs, MCs, breakdancers and graffiti artists. The territory war became a cultural emulation and competition, as participants tried to outperform each other, broadcasting their culture to new audiences. This is the start of what we called "Style Wars", inherited from the gang culture in an absolutely different atmosphere.

[FR]
La situation a très rapidement évolué. L'entraide est devenue maitre mot, et les "frontières" des territoires sont tombées. Certains gangs décidaient alors d'organiser des fêtes, auxquelles les membres des gangs anciennement adverses étaient conviés. C'est la naissance des blocks party, qui jouèrent un rôle majeur dans la création du hip-hop, en regroupant au même endroit DJs, MCs, breakdancers et graffeurs. La guerre de territoires s'est alors transformée en compétition cuturelle, durant laquelle tous les participants rivalisaient de créativité pour tenter de promouvoir leur culture à une plus grande échelle. C'est progressivement le début d'une "Guerre des styles", héritée de la période des gangs dans une toute autre ambiance.